Comment préparer son bateau à sortir de flotte

Nos conseils en 6 étapes, pour gérer la sortie de flotte de location de votre bateau en toute sérénité.

Si la fin de votre programme de gestion location est imminent, cet article est fait pour vous. Ces conseils aideront les propriétaires de monocoques et catamarans qui ont précédemment placé leur nouveau bateau dans une flotte de location comme Navigare Yachting. Si vous approchez de la fin de votre contrat avec votre loueur et que vous avez décidé de garder votre bateau, que ce soit pour un usage personnel ou pour le vendre, vous trouverez ci-dessous une liste qui vous aidera à gérer le processus de retrait progressif et à déterminer l'état de votre bateau.

1. Quelques conseils !

  • Le plus important : Impliquez-vous personnellement dans chaque étape du processus. Certains propriétaires espèrent que la société de location fera tous les travaux et démarches qu'ils imaginent sans pour autant en parler. C'est possible, mais le mieux reste encore de s'en assurer.
  • Ayez des attentes raisonnables : vous récupérez un bateau d'occasion ayant fait 5 à 6 saisons de location. Il faut donc considérer qu'il aura une " usure normale", c'est à dire des heures moteurs pouvant atteindre 3000h à 4000h en fonction des destinations. Les sociétés de location étant très sensibles à l'équipement du voilier et son entretien, dans le but d'éviter les pannes et donc les pertes d'exploitation. Les catamarans et monocoques seront en très grande majorité équipés de moteurs Yanmar ou Volvo pouvant atteindre 8000h à 10000h. Les moteurs ne seront donc même pas à la moitié de leur capacité. De la même manière, votre bateau aura probablement des petits stigmates cosmétiques tels que quelques chocs sur les boiseries, rayures sur les planchers, panneaux de pont en plexiglas légèrement faïencés par les UV... N'oubliez pas que vous avez été "indemnisé" pour l'utilisation du bateau pendant la durée du contrat de location. Tout doit être en état de marché, mais vous ne recevrez pas de sellerie ni de voiles neuves ou un nouveau moteur sauf si ces derniers sont fortement et anormalement endommagés bien entendu. Les voiles déchirées, l'électronique qui ne fonctionne pas, les fissures dans le gréement et les grosses cloques dans la coque ne sont pas de « l’usure normale » et devront être remplacés. Idem pour tout autre points relatifs à la sécurité du navire et des passagers, comme par exemple, des passes coques dysfonctionnant ou dangereux à la suite d’une corrosion avancée.
  • Ne soyez pas un propriétaire abusif : les propriétaires tireront beaucoup plus de profit de la société de location et de leurs relations avec le personnel de la base s'ils sont amicaux et développent une relation personnelle avec de base et les techniciens.


default image
default image

L'organisation de la sortie de flotte commence un an avant !

Préparez-vous à partir en croisière ! Une fois que vous avez établi votre date exacte de sortie de flotte en accord avec le loueur, programmez si vous le pouvez une croisière d'une semaine avec votre bateau, ou au moins pendant 3 ou 4 jours. Planifiez cette croisière pour qu'elle ait lieu environ 2 mois avant cette date de sortie de flotte, pas moins, car si vous rencontrez des problèmes importants, la société de location aura besoin de temps pour les résoudre. Mais pas plus non plus : s'il y a un laps de temps trop important entre la dernière inspection/expertise et la sortie de flotte, vous devrez peut-être en organiser une nouvelle avec les frais que cela implique (Expert, déplacement, grutage pour inspecter les œuvres vives…).

Recueillez des informations : soyez organisé à ce sujet, dressez une liste détaillée et prenez autant de photos que possibles. Demandez à votre société de location de vous remettre le journal d'entretien mis à jour du bateau et regardez s'il y a eu un accident/échouage causant un problème structurel et vérifiez la réparation. Si vous avez l'intention d'améliorer/ajouter des options sur votre bateau, comme un spi, des panneaux solaires, une EPIRB, un radar, un dessalinisateur, une éolienne... renseignez vous auprès de votre société de location qui pourra peut-être vous obtenir des tarifs préférentiels et vous recommander les meilleurs professionnels pour la réalisation de ces travaux.

Si votre bateau est dans les Antilles et que vous le ramenez chez vous en Europe, dressez une liste des éléments de sécurité à présenter en cas de contrôle, et assurer vous a l’avance du statut fiscal de votre navire auprès des autorités Françaises. Si le bateau est hors taxes, vous devrez vous acquitter de la TVA du pays de l’UE ou s’effectuera l’importation, et sur la valeur du navire au moment de son importation.  Vérifiez les besoins et les options d'assurance bien à l'avance (6 mois) et renseignez vous aussi à l’avance sur les couts, dates et conditions de transport par cargo ou convoyage avec skipper si vous préférez ces options.

Que faire 3 mois avant la sortie de flotte ?

2 à 3 mois avant la sortie de flotte, organisez l’expertise et grutage du navire. L’expertise n’est pas obligatoire mais est fortement conseillée pour mettre en lumière des défauts et/ou détériorations qui pourrait avoir échappé à votre vigilance ainsi qu’aux techniciens de la base. En fonction de la zone d’exploitation du navire et de la taille de ce dernier, l’expertise avec grutage peut couter entre 1500€ et 3500€. Cette charge et responsabilité est entièrement pour le propriétaire, dans un but d’impartialité totale.

Choisissez consciencieusement votre expert maritime. Le simple fait d'en trouver un (et encore moins un bon) dans certaines régions peut être un peu problématique. Demandez des références, des rapports précédents pour voir leur construction et surtout le fond du dossier, et renseignez vous sur internet via les avis google ou les forums, cela vous aidera dans votre choix.

  • Évidemment, nous vous recommandons vivement de réaliser l’expertise à la fin de votre croisière/essai en mer et en votre présence.
  •      Si votre bateau se trouve dans les Caraïbes et que vous avez l'intention d'y embarquer du matériel supplémentaire, prévoyez suffisamment de temps. Les douanes des Caraïbes ne sont pas nécessairement efficaces.

  •      Prenez des notes et dressez une liste de points à corriger avant la livraison finale, que vous appellerez « acceptation conditionnelle du Navire ». Cette liste sera en partie présente sur le rapport d’expertise, et sera à discuter avec le chef de base et la société de location.

  • Faites l’inventaire de ce qui sera compris à la livraison et non compris. Par exemple chez Navigare Yachting, vous n’êtes pas propriétaire de l’annexe et moteur hors-bord et ne la payez donc pas à l’achat du navire, ce qui n’est pas plus mal car mieux vaut repartir avec une annexe et moteur neuf. En effet la durée de vie de ces équipements en location sont limités.


default image

4. L'expertise

Si vous avez correctement programmé votre sortie de flotte, vous avez programmé la sortie d’eau et expertise à la fin de votre ultime croisière ou peu de temps après. Faites de votre mieux pour être présent pour cela. Si vous ne pouvez pas, les experts prennent généralement beaucoup de photos afin que des points potentiellement problématiques puissent facilement vous être communiqué pour votre propre inspection. Une enquête approfondie prend toute la journée et se compose des éléments suivants :

  • Effectuez une inspection complète de la coque la recherche d'éventuels cloques, délaminages et problèmes structurels.
  • Inspection extérieure complète, y compris le pont, les fuites, le mât, le gréement et les voiles, etc.
  • Inspection intérieure complète avec test de tous les panneaux et systèmes électriques, système de réfrigération, détection de fuites potentielles... Contrôle complet du moteur (démarrage à moteur froid) avec essai en mer pour vérifier l'engagement des vitesses, le désalignement ou les vibrations de l'arbre d'hélice, etc. REMARQUE : Une analyse de l’huile peut être judicieuse vérifier notamment sa teneur en limaille métallique, qui peut être révélateur d’une usure prononcée, ou encore l’a présence d’eau révélateur d’un problème d’étanchéité. Pour cela, il ne faut pas que la vidange vienne juste d’avoir lieux.

5. Après l'expertise

Négociez avec votre loueur tout en considérant l'USURE NORMALE

A ce stade, armé du rapport d’expertise et de votre propre liste de points à revoir, vous devrez probablement négocier avec votre loueur pour déterminer les éléments qui seront réparés à ses frais. C'est là qu'entre en jeu votre contrat de gestion et la notion « d’usure normale ». Une grande partie des travaux sera une évidence et la Société devra réparer ces éléments sans discuter : Délaminage de la coque, voiles ou bimini déchirés, fissures dans le gréement, électronique cassée, fuites, réfrigération défectueuse, articles d'inventaire manquants…

Cependant, certains autres éléments seront dans une zone grise. Par exemple, comment définissez-vous « l'usure normale » sur la sellerie, les coussins, les voiles, les écoutes et les drisses, les boiseries, et plus généralement dans tous les articles cosmétiques ? Ce n'est pas facile donc cela devient une question de négociation et d'équité de la part de la compagnie charter et de son représentant, le chef de base.

Une fois que les deux parties se sont enfin mises d'accord sur les points d’acceptation conditionnels, suivez l’avancement des travaux. Appelez le responsable de la base (ou la personne en charge de votre sortie de flotte) régulièrement, et discutez des progrès.

6. Liste des points mécaniques et cosmétiques à vérifier à la sortie de flotte

Il ne s'agit en aucun cas d'une liste exhaustive, mais elle peut être utilisée par le propriétaire comme ligne directric pour une pré-inspection avant l'expertise professionnelle. En outre, cette liste ne traite pas des éléments d'inventaire qui doivent être vérifiés séparément. L' expert ne fera l'inventaire que des articles de sécurité.

SUR LE PONT

  • Guindeau et télécommande fonctionnant correctement dans les deux sens ?
  • Barbotin de Guindeau OK/pliés ?
  • Chaînes (primaire et secondaire) en bon état/rouillée ?
  • Fuites du puits de chaine à travers la cloison ?
  • Hissage de GV facile, ou très dur ?
  • Le système d'enroulement de grand-voile (le cas échéant) fonctionne bien ?
  • Système d'enrouleur de génois fonctionne sans à-coups ou très dur ?
  • Les prises de ris fonctionnent ?
  • Lazy jacks et lazy bag OK ?
  • Voiles déchirées ?
  • Fuite à la base du mât ?
  • Les winchs fonctionnent et sonnent bien ?
  • Chandeliers, lignes de vie, échelles de bain OK ?
  • Toutes les drisses, écoutes, bouts d’amarrage en bon état ?
  • Les panneaux de pont et hublots fonctionnent correctement ? Des fuites ?
  • Toute l'électronique de pont : speedo, Loch, girouette, pilote auto, répétiteur GPS, etc… en état de marche ?
  • Tous les feux de pont, feux de navigation fonctionnent ?
  • La prise de quai fonctionne lorsqu'elle est connectée ? Chargeur de batterie ok ?
  • La douche de pont fonctionne ? Fuites ?

LE MOTEUR

  • Démarre bien ?
  • Surchauffe après 2 heures d'utilisation ?
  • Fumée noire ?
  • Pression d'huile ok ?
  • Journal d'entretien du moteur vérifié ?
  • Détectez les problèmes récurrents s’ils existent.
  • Transmission : Le levier de commande fonctionne bien ?

la cosmétique 

  • Bimini / cabriolet : besoin de coutures ?
  • Couleur très délavée ?
  • Les fermetures à glissière fonctionnent-elles ?
  • Bandes anti UV de génois en bon état ?
  • Entailles et rayures sur les coques ?
  • État des selleries ?
  • État général des boiseries, selleries, literie, vaigrages ?


SOUS LA LIGNE DE FLOTTAISON ET AUTRES

  • État des anodes ?
  • Cloques, osmose sur coque et/ou gouvernail ?
  • Gréement (DOIT être inspecté par l’expert ou un gréeur professionnel)
  • Vérifie-s’il y a des fissures autour de la quille pour les monocoques, l’état du joint quille coque. Pour les catamarans, vérifier l’état des quillons et des traces éventuelles de faïençage de gelcoat particulièrement entre la nacelle et les coques.
  • Trouvez des explications sur les fuites ou les odeurs
  • Inspectez les varangues et contremoulle à la recherche de signes de stress structurels (cracs, faïençage de gel Coat, décollement du contre-moule…).
  • Fonctionnement de la plomberie (pompe, robinets, douches, toilettes…)
  • Tableau électrique en état de marche ? état des branchements derrières ?
  • Toute l'électronique en état de marche : VHF, GPS, hifi
  • Raccordements de gaz
  • Les panneaux de pont et hublots fonctionnent ils correctement ? Des fuites ?
  • Inventaire original du bateau entièrement vérifié ?